Rédiger son CV en anglais

5 étapes pour rédiger votre CV en anglais

#anglais #cv #international

Envie de partir à la conquête du monde ? La France ne vous suffit plus et vous avez décidé d’élargir vos horizons ? Junior ISIT vous propose quelques tips pour rédiger et adapter votre CV en anglais, afin de décrocher le poste ou le stage de vos rêves ! So here we go!

Quel que soit le pays dans lequel vous souhaitez postuler, un recruteur ne passera environ qu’une dizaine de secondes à lire votre CV. Notre premier conseil ? Be precise and concise!  Un CV doit tenir sur une page A4 et être facile à lire. Comme son nom l’indique en anglais américain (“resume”), il ne s’agit pas d’écrire une autobiographie. On privilégiera ainsi les listes aux longues phrases, ainsi que des dates et chiffres clés (cela permet en plus d’éviter les fautes de langue, utile !).

Etape 1 : Évitez la traduction mot à mot

Tout d’abord, ne vous contentez pas de simplement transposer votre CV. En effet, il est important de penser aux différences interculturelles entre les pays anglo-saxons et la France. Il s’agit d’adapter votre CV en fonction du pays dans lequel vous postulez : évitez à tout prix la traduction mot à mot et les faux amis qui vous feront traduire « savoir-faire » par know how , au lieu d’expertise  ou encore  « grande école » par high-school  (qui signifie « lycée » comme vous le savez). Faites également bien attention aux termes qui sont utilisés au Royaume-Uni et aux États-Unis. Préférez l’anglais britannique si vous envoyez votre CV en outre-Manche, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, et l’anglais américain si vous postulez aux États-Unis ou au Canada. Ainsi, en anglais britannique, “licence” et “programme” s’écrivent en anglais américain  “license” et “program” par exemple. La différence peut vous sembler ténue, pourtant si vous faites l’effort de porter attention à ces détails, c’est un bon point pour vous dès la lecture de votre CV !

Etape 2 : Adaptez votre formation au monde anglophone

Quant au contenu de votre CV, il est bien entendu essentiel qu’il comporte vos compétences, qualifications et diplômes, les projets dont vous pouvez êtes fiers (mémoire, thèse, éventuels prix ou distinctions, etc.) ainsi que votre expérience professionnelle en lien avec le poste pour lequel vous candidatez. N’hésitez pas non plus à y ajouter des résultats chiffrés si vous en avez, comme par exemple une « augmentation du CA de x % » (“x % turnover increase”) ou une « fidélisation client doublée » (”doubled customer loyalty ”). Il est par ailleurs nécessaire d’adapter l’intitulé de vos diplômes, pour qu’un non-francophone comprenne rapidement votre niveau d’études. En effet, ils ne correspondent pas toujours à la même chose et ne nécessitent pas forcément le même nombre d’années d’étude dans tous les pays… Par exemple, au Canada, le « baccalauréat » (“baccalaureate” ou “bachelor’s degree”) est en fait l’équivalent de la licence française, soit notre bac +3 ! Voici quelques exemples d’équivalences qui pourraient vous être utiles :

Baccalauréat : French High School diploma

Licence : Bachelor’s degree

Master : Master’s degree

Doctorat : PhD

BTS : Two years technical studies in… (+ domaine)

Avec mention : With honours

Cependant, si vous avez collectionné les diplômes dans différents domaines, plutôt que de les étaler (pour rappel : toujours du plus récent au moins récent), sélectionnez le dernier en date ou bien ceux qui sont vraiment en lien avec le poste que vous visez. N’oubliez pas non plus de préciser les matières étudiées pour les recruteurs peu au fait des formations françaises.

Pour ceux d’entre-vous qui ont suivi une classe préparatoire, il est nécessaire de clarifier ce système qui n’existe qu’en France. En effet, l’équivalent anglais preparatory course” ou “ prep class” signifie plutôt une « remise à niveau ». Nous vous proposons donc d’écrire une phrase explicative du type : “intensive one-year/two-year study course preparing for the competitive entrance examinations to the French ‘Grandes Écoles’ (the top French and highly-selective institutions)”.

Attention à ne pas écrire vos dates de début et fin de parcours, car cela signifie en anglais que vous avez quitté la formation en cours de route, et que vous n’avez pas obtenu votre diplôme. Par exemple, si vous avez fait une licence d’économie entre 2012 et 2014, n’écrivez pas : “2012 – 2014 : Bachelor’s degree in languages” mais plutôt “2014 : Bachelor’s degree in languages”.

Etape 3 : Mettez en valeur vos différences

Pensez à mettre vos expériences professionnelles avant votre formation, c’est ce qui parlera le plus à votre interlocuteur qui n’est pas familier avec le système scolaire et universitaire français !  N’hésitez pas non plus à inscrire vos passions si elles sont pertinentes, ainsi que vos engagements : le bénévolat est en effet très bien perçu et valorisé chez les anglo-saxons. Cela confère un aspect plus « humain » à votre CV et permet de mettre en valeur vos qualités personnelles.

Nous vous conseillons donc vivement de mentionner vos différents centres d’intérêts (sportifs, créatifs, etc.), mais évitez cependant de reprendre les clichés ennuyeux tels que « sortir avec mes amis », ou bien des passe-temps trop solitaires (« lire » ou encore « collectionner les timbres »). Des activités qui sortent de l’ordinaire comme « la plongée » ou « l’alpinisme » impliquent des qualités telles que le contrôle de soi et la persévérance et peuvent faire la différence sur un CV ! De manière générale, posez-vous toujours la question de ce que vos activités disent de vous, car c’est également ce à quoi le recruteur pensera en lisant cette section. Il est donc recommandé de faire une liste courte mais variée, pour montrer votre curiosité et ouverture d’esprit. Enfin, misez tout sur les activités qui témoignent en même temps de votre « savoir-être » professionnel : les sports d’équipe montrent votre esprit d’équipe, le poker votre capacité d’analyse, le théâtre votre créativité et capacité de prise de parole.

Si malgré cela vous êtes plutôt hobbies « classiques » (après tout on ne choisit pas ce que l’on aime !), n’hésitez pas à étoffer un peu en montrant un engagement particulier de votre part : vous pouvez dire par exemple que vous êtes membre du ciné-club de votre fac si vous êtes cinéphile, que votre passion c’est de voyager, mais dans le but de découvrir de nouvelles cultures ou de pratiquer vos langues étrangères, ou bien que vous adorez la lecture et faites même du soutien scolaire à des jeunes en difficulté pour les aider à apprendre à lire… Voyez-vous où nous voulons en venir ? L’impression donnée changera du tout au tout, et cela soulignera par exemple votre côté sociable ou  dynamique.

Expérience professionnelle : Work experience

Formation (académique) : Education

Langues : Language skills

Centre d’intérêts : Interests and hobbies

Divers : Miscellaneous

Bénévolat : Charity work

Gardez également à l’esprit qu’il peut vous être demandé, surtout au Royaume-Uni, une lettre de recommandation de votre ancien maître de stage et/ou d’un professeur. Ainsi, vous pouvez spécifier qu’il est possible de les obtenir en indiquant à la fin de votre CV la mention suivante : “references available upon request”.Adoptez une mise en page à votre goût pour mettre en valeur les informations principales, mais évitez de souligner, d’écrire en gras ou en italique, sauf s’il s’agit d’un élément capital. N’utilisez pas non plus de couleurs étranges ni de papiers décoratifs bien évidemment. La simplicité reste de mise. Get straight to the point : un exercice difficile pour les Français qui ont tendance à « tourner autour du pot », mais nécessaire si vous voulez convaincre votre interlocuteur anglophone. Pour cela on utilise les bullet points et les facts & figures. Il est également fortement recommandé d’utiliser les verbes d’action dans la rédaction de votre CV en anglais (ex. “developed“, “planned“ and “organised“). C’est un bon moyen de montrer votre dynamisme et votre motivation, et cela vous permet également de synthétiser ce que vous souhaitez exprimer (ex. “50 cars sold“ plutôt que “I sold 50 cars“). Vous pouvez reprendre les keywords de la fiche de poste le cas échéant, ou bien du site internet afin d’insister sur le fait que votre CV correspond parfaitement à l’offre ou au profil recherché, sans pour autant tout recopier, car cela provoquerait l’inverse de l’effet escompté.

Etape 5 : Évitez les dernières maladresses et jetez vous à l’eau

Last but not least, vos informations personnelles tels que votre nom, numéro de téléphone, adresse postale et adresse mail doivent bien sûr figurer dès le début de votre CV. Par contre, il n’est pas forcément nécessaire de préciser votre âge et date de naissance compte tenu des lois passées pour éviter la discrimination liée à l’âge lors du recrutement. De même, alors qu’il est courant dans les pays européens comme la France, la Belgique ou l’Allemagne d’inclure votre photo en haut à droite du CV, il en est autrement aux États-Unis et au Royaume-Uni, où les CV n’incluent généralement pas de photo, à moins d’être acteur ou actrice… La raison en est très simple : il s’agit pour le recruteur de respecter la législation en place pour favoriser l’égalité des chances au travail, car une photo peut faciliter le rejet d’une candidature pour des raisons d’appartenance ethnique, de sexe ou d’âge.

Rappelez-vous enfin qu’un bon CV, c’est un CV parfaitement adapté à l’offre ! Si vous postulez dans des domaines variés, cela signifie donc plusieurs CV personnalisés mettant en lumière différents aspects de vos compétences et de votre expérience.

Finalement, après plusieurs relectures minutieuses et une correction de la part de vos amis anglophones ou de votre prof d’anglais (on n’est jamais trop prudent), il ne vous reste plus qu’à envoyer !

We wish you good luck!

CONTENU ASSOCIÉ