Junior-Entrepreneur de père en fils

Hasard, destin, éducation ou génétique ?

#ancien #héritage #junior-entrepreneur #mouvement

Jean-François PITIOT, aujourd’hui dirigeant dans le secteur de l’immobilier, a été Junior-Entrepreneur de 1982 à 1985. Près de 30 ans plus tard, son fils a suivi son chemin en intégrant la Junior-Entreprise de son école : la J.E., une histoire de famille ? Témoignage d’un ancien Junior-Entrepreneur, qui nous donne à voir la conception de la Junior et du Mouvement dans les années 80. 

« En 1982, lorsque j’ai intégré SUP de Co après des études en génie civil, il me semblait vital de participer aux associations de l’école. D’abord orienté vers le Bureau des Etudiants, sympathique association organisant des fêtes et soirées en tout genre vitales pour la bonne ambiance dans une grande école, je me suis de suite tourné vers la Junior-Entreprise que deux garçons de la promo précédente voulaient lancer. J’ai donc intégré cette structure en tant que Vice-Président. Ce qui m’a attiré : le concret, le challenge. L’objectif : faire du business tout en étant étudiant, le pied ! Le côté passionnant de la Junior à l’époque (et à l’inverse des stages), c’est qu’il fallait tout faire. Pas de tâches répétitives, pas une seule mission de stage à faire.

Tout me plaisait : démarcher les entreprises, suivre le juridique de l’association, gérer les relations avec la direction de l’école, négocier les contrats, recruter des élèves pour assurer les missions, suivre les comptes… et bien entendu, les relations avec la Confédération Nationale des Junior-Entreprises et ses fabuleux congrès !

Incontestablement, il s’agit avant tout d’une démarche intellectuelle lorsque nous rejoignons une J.E. Ce sont l’ouverture d’esprit, la curiosité en toute chose et, forcément, un peu de tempérament d’entrepreneur qui vous conduisent à frapper à la porte de la J.E.
Les J.E. sont bien entendu toujours, à mon avis, d’actualité et plus que jamais nécessaires car les valeurs qu’elles portent sont l’essence même de ce qui fait de vraies valeurs d’une personne et, même, de la société civile : intelligence, courage, travail, persévérance, honnêteté et bien d’autres caractéristiques encore !

De père en fils, c’est une grande fierté et un honneur pour moi que mon propre fils se soit orienté, seul, dans cette voie en intégrant la Junior-Entreprise de son école. Je sais, en tant que père, qu’il porte lui aussi toutes ces valeurs dont je viens de parler. Je ne sais pas si cela est dû à la génétique, à l’éducation ou un peu des deux (!) mais ce dont je ne doute pas, c’est que cela n’est pas le fruit du hasard.

Alors, Junior-Entrepreneurs, soyez fiers de ce que vous vivez, de ce que vous accomplissez car demain, c’est vous qui ferez tourner le monde, qui créerez de la richesse pour que nos sociétés puissent continuer à fonctionner correctement.

Mon conseil final : à la fin de vos études, n’hésitez pas à faire vos armes pendant une dizaine d’années dans des grands Groupes et quand vous aurez trouvé le bon créneau… foncez et créez votre propre business ! »

CONTENU ASSOCIÉ