Hugo, Auditeur-Conseil

Attester de la qualité des Juniors du Mouvement

La fonction d’Auditeur-Conseil présente un double intérêt. Pour le Mouvement des Junior-Entreprises, elle permet de s’assurer de la qualité de prestation, de fonctionnement ainsi que du respect des points légaux de l’ensemble des structures. D’un point de vue personnel, elle permet d’acquérir des compétences bien différentes d’un parcours académique classique. Hugo Weidmann, Auditeur-Conseil auprès de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises depuis bientôt 2 ans nous raconte son parcours.

Quel est ton parcours ?

J’ai un parcours scientifique classique : classe préparatoire mathématiques et physique . J’ai ensuite intégré l’ISAE-SUPAERO, école d’ingénierie aérospatiale à Toulouse où j’ai suivi les deux premières années du cursus ingénieur. J’ai toujours été curieux, et désireux d’avoir un ancrage dans la vie professionnelle en complétant une approche scientifique théorique par les sciences sociales.

Je me suis donc rapidement tourné vers la Junior-Entreprise de mon école, SUPAERO Junior Conseil pour découvrir l’industrie aéronautique et explorer le monde de l’entreprise. J’ai été recruté en tant que chargé de Développement Commercial.
Le temps consacré à la Junior devenait de plus en plus important et j’avais envie de découvrir d’autres missions. Je me suis intéressé à d’autres postes, comme la communication, la trésorerie, le suivi d’études, dont j’ai commencé à étudier le fonctionnement, dans le but de l’améliorer. Cela m’a ainsi amené à assumer la fonction de Président de SUPAERO Junior Conseil.

Par la suite, j’ai souhaité renforcer notre engagement dans le Mouvement des Junior-Entreprises en devenant Auditeur-Conseil. J’ai donc participé au Test Auditeur Conseil (Le concours de sélection pour devenir Auditeur-Conseil), et été sélectionné pour le Week-End de Formation des Formateurs et des Auditeur-Conseils d’Hiver 2018 (ou WEFFAH18), qui est la dernière étape de recrutement, avant l’obtention de la lettre de mission Auditeur-Conseil.

Peux-tu me décrire le processus de recrutement que tu as suivi ?

Le processus de recrutement est composé de trois étapes.
La première est un test écrit sous forme de QCM portant notamment sur des notions légales théoriques. La seconde est aussi une épreuve écrite qui évalue davantage la connaissance du terrain des candidats vis-à-vis des différents processus en Junior-Entreprise. La dernière épreuve a lieu lors d’un Week-End de recrutement en région parisienne, avec des simulations et différentes formations.
Les formations étaient particulièrement poussées et intéressantes. C’est également l’occasion d’échanger et d’être formé sur tous les différents processus utiles en Junior-Entreprise : la Gestion des Ressources Humaines, la Stratégie et le Pilotage, l’Activité Commerciale et la Trésorerie.

Pourquoi as-tu souhaité devenir Auditeur-Conseil ?

C’était vraiment un défi personnel. J’avais la volonté d’attester d’un certain niveau de maîtrise. Ce n’est qu’une fois devenu Auditeur-Conseil, que je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une fonction bien plus enrichissante, source de connaissances et de partage.

Comme on le dit souvent : “On ne devient Auditeur-Conseil que le jour où l’on termine son premier Audit-Conseil. ” Découvrir une nouvelle structure, différente de la sienne, pour la première fois, est un exercice extrêmement formateur. Auditer une Junior-Entreprise permet d’observer concrètement la diversité et la richesse du Mouvement. Chacune à ses particularités, que ce soit de jeunes structures comme de plus expérimentées. On peut toujours être surpris par le regard que porte une Junior sur une thématique particulière, ce qui incite à l’humilité et à la prise de recul. La sensation de pouvoir se rendre utile à différentes structures, en comprenant leur fonctionnement, leur environnement, est très motivante.

Cela permet aussi de développer un esprit critique et de synthèse afin d’encourager les Junior-Entrepreneurs à tirer le meilleur de leur écosystème.

Deux facettes se combinent lors de la réalisation d’un Audit-Conseil. La partie Audit nécessite une écoute et une compréhension de la structure et sa retranscription synthétique dans une grille d’Audit. La partie Conseil, ensuite, fait appel à une compréhension de son écosystème pour en dégager les axes d’amélioration.

La notion d’engagement pour le Mouvement prend alors tout son sens.

Qu’apportent les Audits-Conseil aux Juniors ?

Les Auditeurs-Conseil aident le Mouvement en permettant aux structures de se développer, de se remettre en question et d’adopter un fonctionnement plus pertinent.

La fonction primordiale de l’Audit-Conseil est de garantir le respect de la marque Junior-Entreprise, décrite à travers une norme présentant l’ensemble des exigences.
L’Audit-Conseil a lieu généralement au moment de la passation d’un mandat à l’autre, (un mandat durant un an) pour attester des réalisations du mandat sortant, et prodiguer des recommandations au mandat entrant.
Pendant une journée, des Auditeurs-Conseil vont challenger les différents processus, s’assurer du respect du cadre légal de la structure et la conseiller sur d’éventuels points bloquants.

Le but premier est l’échange des best-practices pour apporter à la Junior des idées qui n’auraient pas émergé naturellement. Un regard extérieur sur leur fonctionnement, la remise en cause des processus, des procédures… Ce sont autant de possibilités de progresser, aussi bien pour les structures expérimentées que pour une Junior à ses débuts.
Il faut pouvoir faire preuve d’adaptabilité dans les réponses que nous, Auditeurs-Conseil pouvons formuler, afin de ne rien imposer aux structures, mais aussi comprendre et analyser l’environnement de celles-ci afin d’apporter des conseils ciblés.

Une dernière facette, de l’Audit-Conseil est que celui-ci permet à la CNJE de voter les sanctions données aux Juniors grâce au remplissage de la grille d’Audit. Une commission est en charge des votes chaque semaine de toutes les structures auditées la semaine en question.

Quelles sont les compétences que tu as pu développer grâce à cette double facette Junior-Entrepreneur / Auditeur-Conseil ?

Au niveau de la Junior-Entreprise dont j’étais président, j’ai pu apporter des méthodes de travail, des bonnes pratiques qui en ont amélioré le fonctionnement.
Grâce à cette expérience, nous développons une vision beaucoup plus mature, et cette montée en compétences et ouverture a sans doute permis à ma structure de rentrer dans la liste des 30 meilleures Juniors de France cette année, pour la première fois.

De manière plus personnelle, j’ai pu acquérir des compétences complémentaires à mon cursus d’ingénieur, avec des thématiques que je ne maîtrisais pas vraiment jusqu’alors, comme le développement commercial, la stratégie, le pilotage ou la qualité. Ce sont des axes évidents pour des étudiants en écoles de commerce, mais pas forcément pour des élèves-ingénieurs. J’ai pu développer aussi un esprit d’analyse et des compétences en communication. On apprend à être à l’écoute d’une personne, en comprenant son besoin et en étant capable de la conseiller par la suite, pour qu’elle puisse prendre en compte ces remarques dans une démarche d’amélioration continue. C’est extrêmement enrichissant.

Ce parcours t’a t’il aidé professionnellement ?

Oui. J’ai pu réaliser un stage dans le secteur du conseil, chez CIMPA, une filiale de Sopra Steria. La mission consistait notamment à accompagner un projet de transformation digitale pour optimiser la production d’A320.
Grâce aux compétences acquises lors de mon expérience Junior-Entrepreneur et Auditeur-Conseil, j’ai développé certains automatismes : j’avais une meilleure compréhension du monde de l’entreprise, des méthodes utilisées et de meilleures capacités d’analyse.
En effet, après ces expériences, nous sommes déjà initiés à certaines logiques professionnelles et nous développons une curiosité accrue.

En passant des entretiens avec certains grands groupes, j’ai pu remarquer que le parcours de Junior-Entrepreneur suscitait un intérêt certain. Ajouter à cela l’expérience d’Auditeur-Conseil permettait de trouver un écho d’autant plus favorable auprès des recruteurs.

Ce parcours est également valorisé comme une preuve d’engagement, démontrant notre capacité à consacrer des week-ends entiers aux Junior-Entreprises, pour les auditer, les conseiller, même si cela reste toujours des moments agréables et de partage.

Quelle est la suite pour toi ?

Suite à mes deux années à l’ISAE-SUPAERO, j’ai rejoint l’École Polytechnique en filière Entrepreneuriat et Innovation Technologique. L’idée est de capitaliser sur mon bagage scientifique et mes compétences d’Auditeur-Conseil, qui m’ont permis de renforcer ma confiance en moi, pour travailler sur mon projet d’entreprise en lien avec la science des données pour la santé.
Je continuerai ce projet au sein du MSc X-HEC Entrepreneurs à la rentrée prochaine. Grâce à l’expérience Junior-Entreprise et celle d’Auditeur-Conseil, j’ai pu me lancer dans la voie entrepreneuriale avec davantage d’assurance.

CONTENU ASSOCIÉ