Apprendre à coder : comment ?

Une compétence clé accessible à tous, si l’on y met un peu de bonne volonté

#code #elearning #google #référencement #web

Tu as probablement, au cours de ta vie, émis le souhait de créer toi-même un site Internet. Puis, tu t’es sûrement dit que c’était impossible parce que tu n’avais pas les compétences techniques et parce que le code, c’est réservé aux geeks !

Partant de ma propre expérience, je vais te montrer comment, au lycée, j’ai appris à coder mes propres sites Internet et comment, au fil du temps, j’ai développé mes compétences au service de créations plus performantes.

Avoir un projet

La première fois que je me suis penché sur ces fameux langages de code, c’était au lycée. Je jouais à un jeu en ligne. Ce jeu manquait de ce qu’on appelait à l’époque des « sites de fan », c’est-à-dire des sites web communautaires qui traitaient uniquement de l’actualité du jeu. Je décidais donc de me lancer dans la création de mon propre site.

C’est alors que j’ai commencé à découvrir de nouvelles langues quelque peu surprenantes : HTML, CSS, PHP, SQL. En fait, ce sont les acronymes de quelques langages qui permettent de développer des sites Internet.

J’ai regardé si cela pouvait facilement s’apprendre. Après quelques recherches, bingo : je découvre le SiteDuZero (aujourd’hui openclassrooms.com). C’était un peu l’ancêtre des MOOCs.

Je m’y suis alors penché pendant des heures. Je faisais des allers-retours entre le site Internet que je codais et ces cours en ligne. J’y ai bien passé deux ou trois mois. C’était devenu une passion.

Grâce à ces cours que j’ai suivis, je sais maintenant qu’un site Internet, ce n’est pas seulement un enchevêtrement de formes et de textes mais aussi des centaines de lignes de code. Pire encore, je comprends maintenant ce langage barbare !

Aujourd’hui, grâce aux sites comme OpenClassRooms mais aussi Codecademy, nous avons tous la possibilité d’acquérir gratuitement cette compétence. Plus d’excuses !

Avoir du goût

Je ne cache pas que ce site Internet ne faisait pas référence en matière d’esthétique. Mais si tu as tendance à accorder tes chaussures noires avec des chaussettes blanches (ce qui ne se fait pas), sache que le goût, ça se travaille, et qu’il y a des outils pour ça.

La gestion des couleurs est fondamentale dans l’esthétique globale de votre site internet. Si vous souhaitez connaître les couleurs qui s’assemblent le mieux, vous pouvez découvrir les meilleures associations sur paletton.com ou coolors.co.

L’esthétique se travaille également. Je ne peux que te conseiller de créer un profil Behance ou encore d’aller sur Pinterest qui sont d’excellentes sources de veilles qui viendront aiguiser ta créativité.

Tu as maintenant quelques ressources pour éviter les fautes de goûts !

Avoir des ressources

Sur Internet, il y a quelques règles lorsque l’on développe du contenu, notamment les droits d’auteur. On ne peut pas choisir de mettre n’importe quelle image d’avion parce qu’on la trouve belle en pleine page d’un site Internet : c’est du vol.

Mais Internet est magique et de superbes initiatives comme makerbook.net permettent d’accéder à des contenus libres de droit que l’on peut utiliser comme bon nous semble sur notre site internet.

Sinon, il existe toujours cette option sur Google Image qui référence le contenu libre.

Pour aller plus loin…

Un autre cas concret de site Internet que j’ai eu à ma charge, c’est celui de ma Junior-Entreprise, ESCadrille Toulouse Junior Conseil.

Je ne cache pas qu’au début, je n’avais aucune notion autre qu’en langage de programmation et je me posais les questions suivantes : comment acquérir plus de trafic ? Comment toucher plus d’entrepreneurs dans ma zone de chalandise ? Comment attirer les grands groupes sur mon site internet ?

C’est alors que j’ai découvert le concept de référencement. Et là… c’est tout un monde qui s’ouvre. Je me suis donc formé.

J’ai découvert de très belles ressources gratuites (openclassrooms, encore), mais aussi récemment letop100.net. Pour tout le reste, Google est notre ami !

Cela m’a permis d’obtenir des résultats très concrets (référencement local numéro 1 sur tous les services que nous proposions).

J’ai naturellement eu envie de mesurer les indicateurs de performance de mon site Internet. Là encore, il a fallu que je me forme, notamment grâce à l’ensemble des cours gratuits de Google Analytics, qui proposent même une certification accessible ici : google.com/partners.

Conclusion

Acquérir l’ensemble de ces compétences est un processus long. Entre mes 15 ans et mes 22 ans aujourd’hui, je n’ai jamais cessé d’apprendre pour perfectionner mes créations. C’est aussi ça qui est passionnant avec le web : c’est un monde en perpétuelle (r)évolution.

Ce que je constate aujourd’hui, c’est qu’en plus de me permettre d’avoir une compréhension accrue de ce web qui nous entoure, ce sont des compétences qui sont très valorisées dans le monde du travail (les entreprises entament toutes leur transformation digitale, nous devrons à un moment ou à un autre parler à un développeur, etc.).

Je compte maintenant sur toi pour ajouter cette ligne sur ton CV !

CONTENU ASSOCIÉ